Inscription à ma newsletter.

Votre email :



ME DECOUVRIR

David Bonnaventure est né le 21 janvier 1975 à Nancy. Cette date n’évoque peut-être pas grand-chose pour beaucoup d’entre nous, cependant, les historiens relateront la mort d’un roi mais pour un chanteur, elle signifie la naissance d’un dieu : Placido Domingo, le plus grand ténor de sa génération… mais revenons à David !

Enfant, il partage une passion débordante pour le plein air et ne passe que très peu de temps à étudier. Il aime le cinéma, le sport mais tout particulièrement la musique. Vers 8 ans, il découvre la guitare grâce à un cousin mais la révélation se fera plus tard avec la musique hard rock et les guitares saturées que pratique son grand frère Pascal. Il butine la musique, il gratouille et ne prendra des cours que vers l’âge de 15 ans à la MJC du quartier. Après une année de travail, son père cesse de lui payer les leçons de guitare pour cause de mauvaises notes et retour à la case départ : gratouille et bidouilles redeviennent son quotidien. Les années passent et les choses n’avancent toujours pas. Sa scolarité frise le médiocre et David se retrouve apprenti dans le bâtiment suite à l’interdiction de redoubler de son père.

Mais cela s’avère salvateur car même si les études n’étaient pas faites pour lui , il comprend vite qu’il n’est pas fait non plus pour la vie de chantier. Il fait son service militaire en 1994 et la peur du vide commence à l’effrayer, il n’a jamais fait d’efforts de sa vie et cela lui pèse, il décide donc de reprendre ses études. A la fin de son service, il retourne dans le supermarché où il avait travaillé deux mois avant de partir sous les drapeaux et démarre des cours du soir. A partir de ce moment-là, David fait les choses avec beaucoup de sérieux, il travaille d’arrache pied, sans relâche; finie la vie facile, il obtient l’équivalence au baccalauréat en cours du soir et envisage de reprendre de vraies études. C’est à cette période que la musique fait son grand retour dans sa vie. Il décide (lui qui avait toujours gratouillé des cordes de guitare) de débuter le piano. Il commence alors d’une manière extrêmement laborieuse l’étude de cet instrument exigeant. En parallèle, il crée un groupe avec son frère : « Outsiders » dans lequel il joue des claviers.

Grace à ce groupe, il rencontre des musiciens du Conservatoire et enfin, il trouve sa voie : « musicien » !! En 1999, il passe les tests pour rentrer en faculté de musicologie et au Conservatoire de Nancy. Il sera accepté comme contrebassiste et non comme pianiste. La sentence est lourde mais justifiée : ses performances au piano ont failli faire pleurer de rire le jury et son niveau de solfège est quasi nul ! Il accepte le défi et débute la contrebasse.Il vient d’avoir 25 ans !

Avec son faible niveau de solfège, il doit redoubler d’efforts pour réussir cette première année d’études. Il comprend alors qu’être au conservatoire est une chance à ne pas rater, il démissionne de la FAC et passe tout son temps à faire du solfège et de la contrebasse. En parallèle, il rejoint un groupe de variété : « les Watson » dans lequel il joue de la basse électrique. Deux ans plus tard et après des heures et des heures de travail, il intègrera l’orchestre symphonique du Conservatoire et la classe de chant lyrique du « maître » Arcadi Volodos où il va se passionner pour les voix lyriques et en particulier celle du ténor Placido Domingo. Le groupe devient un orchestre et David son chef puis le directeur du Conservatoire (Jean-Marie Quenon) engage des musiciens pour former son petit ensemble « Divertimento »pour lequel il a choisi David à la contrebasse.

Les années passent, David gagne sa vie en donnant des cours de piano, de solfège et de guitare dans des petites écoles de musique, il dirige plusieurs chorales, quitte les Watson et l’activité de l’ensemble Divertimento cesse. Pendant deux ans, David ne se produit plus sur scène, il se consacre uniquement à l’enseignement. Cependant, maintenant son objectif atteint, il lui manque une chose fondamentale : la création.

Alors, il s’enferme dans sa cave et revient avec une chanson, son épouse écoute de son oreille experte de pianiste virtuose, elle trouve la mélodie jolie et les paroles touchantes, un compositeur est né.

Aujourd’hui, il n’enseigne plus et se consacre exclusivement à la scène comme contrebassiste dans le « Trio Milonga », comme chanteur guitariste avec ses propres compositions ou dans différents groupes de variété dont : Panique à bord, Laissez danser ou encore l’Orchestre Goldfingers porté par Fabien Houpert, son complice du Trio Milonga, comme chanteur lyrique dans l’ensemble vocal « De-Si De-La » puis interprète à plusieurs reprises le rôle de Gustave dans l’opérette « Pomme d’Api » d’Offenbach produite par Pro Lyrica. Il se produit aussi en solo dans les maisons de retraite où il chante des airs de ténors pour le plus grand plaisir des résidents.


M’ECOUTER




CONTACT